Helena Bottemiller Evich : Le grand effondrement des nutriments

Dans cet article, The great nutriments collapse – 13/09/2017 – librement traduit par mes soins, Héléna Bottemiller rapporte les résultats d’études scientifiques émergentes qui montrent que l’augmentation du CO2 atmosphérique affecte la qualité des plantes que nous consommons, accroissant leur teneur en sucre et diminuant leur valeur nutritionnelle, au point que cela présage des problèmes de santé d’une ampleur insoupçonnée. Au passage, cela pose la question des techniques agricoles en environnements amplifiés en luminosité et en CO2 et donc des risques encourus à s’éloigner des équilibres que la nature a mis des millions d’années à établir.

Le grand effondrement des nutriments[1]

L’atmosphère change littéralement la nourriture que nous mangeons et ce pour le pire. Et presque personne n’y fait attention.

Par HELENA BOTTEMILLER EVICH 13/09/2017 EDT

Irakli Loladze est un mathématicien de formation mais c’est dans un laboratoire de biologie qu’il a eu le déclic qui allait changer sa vie. C’était en 1998, et Loladze étudiait pour son doctorat à l’Université d’État de l’Arizona. Sur fond de récipients en verre brillants d’algues vert vif, un biologiste a dit à Loladze et à une demi-douzaine d’autres étudiants que les scientifiques avaient découvert quelque chose de mystérieux à propos du zooplancton.

Le zooplancton est constitué d’animaux microscopiques qui flottent dans les océans et les lacs du monde et se nourrissent d’algues, des plantes minuscules pour l’essentiel. Les scientifiques ont découvert qu’ils pouvaient faire croître les algues plus rapidement en leur donnant plus de lumière, augmentant ainsi l’approvisionnement alimentaire du zooplancton qui aurait dû prospérer. Mais cela n’a pas fonctionné comme prévu. Lorsque les chercheurs ont boosté les algues, celles-ci se sont développées plus rapidement et le zooplancton a disposé de plus de nourriture, mais à un moment donné, ils ont commencé à lutter pour survivre. C’était un paradoxe. Plus de nourriture devrait conduire à plus de croissance. Comment la prolifération des algues pouvait-elle poser problème ?

Loladze travaillait dans le département de mathématiques, mais il aimait la biologie et ne pouvait cesser d’y penser. Les biologistes avaient une idée de ce qui se passait : la lumière accrue faisait croître les algues plus rapidement, mais ces dernières finissaient par contenir moins de nutriments dont le zooplancton avait besoin pour se développer. En accélérant leur croissance, les chercheurs ont littéralement transformé les algues en malbouffe. Le zooplancton avait beaucoup à manger, mais sa nourriture était moins nutritive et il mourait de faim.

Loladze a utilisé sa formation de mathématicien pour mesurer et expliquer la dynamique algues-zooplancton. Lui et ses collègues ont conçu un modèle qui a établi la relation entre une source de nourriture et un brouteur dépendant de cette nourriture. Ils ont publié ce premier article en 2000. Mais Loladze s’est également passionné pour une question beaucoup plus vaste soulevée par l’expérience : Jusqu’à quel point ce problème pouvait-il s’étendre.

« Ce qui m’a frappé, c’est que son application est plus large », se souvient Loladze dans une interview. Le même problème pourrait-il affecter l’herbe et les vaches? Qu’en est-il du riz et des gens? « Ce fut un moment décisif pour moi quand j’ai commencé à penser à la nutrition humaine », a-t-il déclaré.

Dans notre environnement, le problème n’est pas que les plantes ont soudainement plus de lumière : c’est que pendant des années, elles ont reçu plus de dioxyde de carbone. Les plantes dépendent de la lumière et du dioxyde de carbone pour se développer. Si l’augmentation de l’intensité lumineuse a pour résultat une augmentation de la production « d’algues-malbouffe » moins nutritives, à croissance plus rapide et dont le rapport sucre / nutriments est détraqué, alors il semble logique de supposer que l’augmentation du dioxyde de carbone pourrait faire la même chose. Et cela pourrait aussi se jouer pour les plantes de toute la planète. Qu’est-ce que cela pourrait signifier pour les plantes dont les gens se nourrissent ?

Ce que Loladze a découvert, c’est que les scientifiques ne le savaient tout simplement pas. Il était déjà bien connu que les niveaux de CO2 augmentaient dans l’atmosphère, mais il était étonné de constater combien peu de recherches avaient été effectuées sur la façon dont cela affectait la qualité des plantes que nous mangeons. Pendant les 17 années qui suivirent, alors qu’il poursuivait sa carrière en mathématiques, Loladze parcourut la littérature scientifique pour trouver des études et des données sur le sujet. Les résultats, au fur et à mesure qu’il les rassemblait, semblaient tous converger : l’effet de la malbouffe dont il avait entendu parler dans ce laboratoire de l’Arizona semblait également se produire dans les champs et les forêts du monde entier. « Chaque feuille et chaque brin d’herbe sur la terre produit de plus en plus de sucres à mesure que les niveaux de CO2 continuent d’augmenter », a déclaré M. Loladze. « Nous assistons à la plus grande injection de glucides dans la biosphère de l’histoire humaine [une] injection qui dilue d’autres nutriments de notre alimentation. »

Il a publié ces résultats il y a quelques années seulement, renforçant les préoccupations d’un petit groupe de chercheurs de plus en plus inquiets qui soulèvent des questions troublantes sur l’avenir de notre approvisionnement alimentaire. Le dioxyde de carbone pourrait-il avoir un effet sur la santé humaine dont nous n’avons pas encore rendu compte? La réponse semble être « oui » – et ce faisant – elle a posé à Loladze et à d’autres scientifiques un des problèmes les plus épineux de leur profession, à savoir combien il est difficile de faire de la recherche dans un domaine qui n’existe pas encore.

En recherche agricole, on a compris depuis un certain temps que nombre de nos aliments les plus importants deviennent moins nutritifs. Les dosages sur les fruits et les légumes montrent que leur teneur en minéraux, en vitamines et en protéines a considérablement diminué au cours des 50 à 70 dernières années. Les chercheurs ont généralement supposé que la raison était assez simple : nous cultivons et sélectionnons des cultivars pour des rendements plus élevés, plutôt que pour leur qualité nutritive, et les cultures à haut rendement – brocoli, tomate ou blé – ont tendance à être moins riches en nutriments.

En 2004, une étude[2] historique sur les fruits et les légumes a montré que les protéines, le calcium, le fer et la vitamine C avaient considérablement diminué depuis 1950. Les chercheurs ont conclu que cela s’expliquait principalement par les variétés que nous choisissions de cultiver.

Loladze et une poignée d’autres scientifiques en viennent à soupçonner que ce n’est pas la seule raison et que l’atmosphère elle-même peut changer la nourriture que nous mangeons. Les plantes ont besoin de dioxyde de carbone pour vivre comme les humains ont besoin d’oxygène. Et dans le débat de plus en plus polarisé sur la science du climat, une chose qui n’est plus à démontrer est que le niveau de CO2 dans l’atmosphère augmente. Avant la révolution industrielle, l’atmosphère terrestre contenait environ 280 parties par million de dioxyde de carbone. L’année dernière, la planète a dépassé le seuil de 400 parties par million. Les scientifiques prédisent que nous atteindrons probablement 550 parties par million au cours du prochain demi-siècle, soit deux fois plus que ce qui était dans l’air lorsque les américains ont commencé à cultiver avec des tracteurs.

Au regard de la croissance des plantes, cela semble être une bonne chose. Cela a également été utile aux politiciens qui cherchaient des raisons de minimiser les conséquentes du changement climatique. Rep. Lamar Smith, un républicain qui préside le comité de la Chambre des sciences, a récemment soutenu[3] que les gens ne devraient pas s’inquiéter autant de l’augmentation des niveaux de CO2 parce que c’est bon pour les plantes et ce qui est bon pour les plantes est bon pour nous.

« Une concentration plus élevée de dioxyde de carbone dans notre atmosphère aide la photosynthèse, qui à son tour contribue à la croissance des plantes », a écrit le républicain du Texas. « Cela correspond à un plus grand volume de production alimentaire et de meilleure qualité alimentaire. »

Mais, comme l’a montré l’expérience du zooplancton, un plus grand volume et une meilleure qualité pourraient ne pas aller de pair. En fait, ils pourraient être inversement liés. Comme les meilleurs scientifiques peuvent le dire, voici ce qui se passe : l’augmentation du CO2 accélère la photosynthèse, le processus qui aide les plantes à transformer la lumière du soleil en nourriture. Cela fait pousser les plantes, mais cela les amène aussi à contenir plus de glucides comme le glucose au détriment des autres nutriments dont nous dépendons, comme les protéines, le fer et le zinc.

En 2002, alors chercheur postdoctoral à l’Université de Princeton, Loladze a publié un article de synthèse dans Trends in Ecology and Evolution, un journal de premier plan, affirmant que la hausse des émissions de CO2 et la nutrition humaine était inextricablement liées à la qualité des plantes. Dans le journal, Loladze se plaignait de la pénurie de données : parmi les milliers de publications qu’il avait examinées sur les plantes et l’augmentation du CO2, il en avait trouvé une qui examinait spécifiquement comment elle affectait l’équilibre des nutriments dans le riz, une culture sur laquelle comptent des milliards de personnes. (Le document, publié en 1997, mentionne une baisse de zinc et de fer).

L’article de Loladze a été le premier à lier l’impact du CO2 à la qualité des plantes et à la nutrition humaine. Mais il a également soulevé plus de questions qu’il n’en a résolu, soutenant qu’il y avait des lacunes fondamentales dans la recherche. Si ces changements nutritionnels se produisaient dans toute la chaîne alimentaire, le phénomène devait être mesuré et compris.

Une partie du problème, estime Loladze, réside dans le monde de la recherche lui-même. Répondre à la question exige une compréhension de la physiologie végétale, de l’agriculture et de la nutrition, ainsi qu’une bonne dose de mathématiques. Il pouvait faire le calcul, mais il était un jeune universitaire qui essayait de s’établir, et les départements de mathématiques ne s’intéressaient pas particulièrement à la résolution de problèmes de l’agriculture et de la santé humaine. Loladze a eu du mal à obtenir un financement pour générer de nouvelles données et a continué à collecter de manière obsessionnelle des données publiées par des chercheurs à travers le monde. Il a occupé un poste de professeur adjoint à l’Université du Nebraska-Lincoln. C’était une grande école d’agriculture, ce qui semblait être un bon signe, mais Loladze était toujours professeur de mathématiques. On lui a dit qu’il pourrait poursuivre ses recherches aussi longtemps qu’il apporterait des fonds, mais il a insisté. Les responsables des subventions en biologie ont déclaré que ses propositions étaient trop chargées en mathématiques; Les responsables des subventions mathématiques ont déclaré que ses propositions contenaient trop de biologie.

« Année après année, c’était rejet après rejet », a-t-il déclaré. « C’était tellement frustrant. Je ne pense pas que les gens saisissent l’ampleur de cela.  »

Ce n’est pas seulement dans les domaines des mathématiques et de la biologie que cette question est passée entre les mailles du filet. Dire qu’il est peu connu que les cultures clés deviennent moins nutritives en raison de l’augmentation du CO2 est un euphémisme. Ce n’est tout simplement pas débattu dans les communautés de l’agriculture, de la santé publique ou de la nutrition. Du tout.

Lorsque POLITICO a contacté les meilleurs experts en nutrition sur le nombre croissant de recherches sur le sujet, ils étaient presque tous perplexes et ont demandé à voir les études. Un éminent spécialiste de la nutrition de l’Université Johns Hopkins a déclaré que c’était intéressant, mais a admis qu’il ne savait rien sur le sujet. Il m’a renvoyé à un autre expert. Elle a dit qu’ils ne connaissaient pas le sujet non plus. L’Académie de Nutrition et de Diététique, une association représentant une armée de nutritionnistes experts à travers le pays, m’a mis en lien par l’intermédiaire de Robin Foroutan, avec une nutritionniste en médecine intégrative et qui ne connaissait pas non plus ces recherches.

«C’est vraiment intéressant, et vous avez raison, ce n’est pas la préoccupation de beaucoup de gens», a écrit Foroutan, dans un courriel, après avoir reçu des articles sur le sujet. Foroutan a déclaré qu’elle aimerait consulter beaucoup plus de données, en particulier sur la façon dont un changement subtil par l’augmentation des glucides dans les plantes pourrait affecter la santé publique.

« Nous ne savons pas ce qu’un changement mineur dans le rapport de glucides dans l’alimentation va finalement faire », a-t-elle dit, notant que la tendance générale vers plus de consommation d’amidon et de glucides a été associée à une augmentation des maladies liées à l’alimentation, l’obésité et le diabète. « Dans quelle mesure un changement dans le système alimentaire y contribuerait-il? Nous ne pouvons pas vraiment dire.  »

Invitée à commenter cette histoire, Marion Nestle, professeur de politique nutritionnelle à l’Université de New York et l’un des experts en nutrition les plus connus du pays, a d’abord exprimé son scepticisme à l’égard du concept, mais a proposé d’ouvir un dossier sur les questions climatiques.

Après avoir examiné les preuves, elle a changé d’avis. « Je suis convaincue », a-t-elle dit, dans un courrier électronique, tout en exhortant à la prudence : il n’était pas clairement démontré que l’épuisement des nutriments entraîné par le CO2 aurait un impact significatif sur la santé publique. Nous devons en savoir beaucoup plus, a-t-elle affirmé.

Kristie Ebi, chercheuse à l’Université de Washington qui étudie l’impact du changement climatique sur la santé mondiale depuis deux décennies, est l’une des rares scientifiques aux États-Unis à s’interroger sur les conséquences potentiellement importantes de la dynamique CO2-nutrition. Elle l’évoque dans toutes ses interventions.

« C’est un problème ignoré », a déclaré Ebi. « Le fait que mon pain ne possède pas les micronutriments d’il y a 20 ans, comment le sauriez-vous? »

Selon Ebi, le lien entre le CO2 et la nutrition a été lent à appréhender, tout comme il a fallu du temps à la communauté universitaire pour commencer à se pencher sérieusement sur l’impact  du climat sur la santé humaine en général. « C’est avant le changement », a-t-elle dit. « C’est à quoi ça ressemble avant le changement. »

L’article précurseur de Loladze a soulevé des questions importantes et difficiles mais non impossibles à résoudre. Comment la hausse du CO2 atmosphérique modifie-t-elle la croissance des plantes? Quelle part de la baisse des nutriments à long terme est due à l’atmosphère, et combien à d’autres facteurs, comme la sélection?

Il est également difficile, mais pas impossible, de mener des expériences à l’échelle de la ferme sur la façon dont le CO2 affecte les plantes. Les chercheurs utilisent une technique qui transforme un champ entier en un laboratoire. La référence actuelle pour ce type de recherche est appelé une expérience FACE (free-air carbon dioxyde enrichment) (Enrichissement en dioxyde de carbone à l’air libre), dans laquelle les chercheurs créent de grandes structures en plein air qui envoient du CO2 sur les plantes dans une zone donnée. Des petits capteurs enregistrent les niveaux de CO2. Quand trop de CO2 s’échappe du périmètre, l’appareil compense pour maintenir les niveaux stables. Les scientifiques peuvent ensuite comparer ces plantes directement à d’autres qui poussent dans l’air normal à proximité.

Ces expériences et d’autres semblables ont montré aux scientifiques que les plantes changent de manière importante lorsqu’elles sont cultivées à des niveaux élevés de CO2. Dans la catégorie des plantes connues sous le nom de «C3», qui comprend environ 95 pour cent des espèces végétales sur terre, y compris celles que nous mangeons comme le blé, le riz, l’orge et les pommes de terre, il a été démontré que des teneurs élevées en CO2 diminuent de façon importante les teneurs en minéraux comme le calcium, le potassium, le zinc et le fer. Les données dont nous disposons, qui documentent la façon dont les plantes réagiraient aux concentrations de CO2 que nous pouvons observer au cours de notre vie, montrent que ces minéraux importants chutent de 8% en moyenne. Il a été démontré que les mêmes conditions réduisent la teneur en protéines des cultures de C3, dans certains cas de façon significative, le blé et le riz chutant respectivement de 6% et 8%.

Plus tôt cet été, un groupe de chercheurs a publié les premières études tentant d’estimer ce que ces changements pourraient signifier pour la population mondiale. Les plantes sont une source cruciale de protéines pour les populations du monde en développement, et d’ici 2050, selon les estimations[4], 150 millions de personnes pourraient être exposées à un risque de carence en protéines, en particulier dans des pays comme l’Inde et le Bangladesh. Les chercheurs ont découvert qu’une perte de zinc, qui est particulièrement essentielle pour la santé maternelle et infantile, pourrait mettre en danger 138 millions de personnes. Ils ont également estimé[5] que plus d’un milliard de mères et 354 millions d’enfants vivent dans des pays où le fer alimentaire devrait chuter de manière significative, ce qui pourrait exacerber le problème de santé publique déjà répandu de l’anémie.

Il n’y a pas de projections pour les États-Unis, où nous jouissons pour la plupart d’une alimentation variée et sans manque de protéines, mais certains chercheurs examinent la teneur croissante de sucres dans les plantes et émettent l’hypothèse qu’un changement systémique des plantes pourrait contribuer à nos taux déjà alarmants d’obésité et de maladie cardiovasculaire.

Une nouvelle et importante recherche sur le lien CO2 et nutrition des plantes nous vient du Département de l’Agriculture des États-Unis. Lewis Ziska, physiologiste des plantes au siège du Service de recherche agricole à Beltsville, Maryland, a approfondi certaines des questions que Loladze a soulevées il y a 15 ans avec un certain nombre de nouvelles études axées sur la nutrition.

Ziska a conçu une expérience qui a éliminé le facteur « sélection des plantes » : Il a décidé d’étudier la nourriture des abeilles.

Le solidage ou verge d’or (Solidago), fleur sauvage que beaucoup considèrent comme une mauvaise herbe, est extrêmement important pour les abeilles. Il fleurit tard dans la saison et son pollen fournit une source importante de protéines pour les abeilles à l’approche des rigueurs de l’hiver. Étant donné que la verge d’or est sauvage et que les humains n’ont pas créé de nouvelles souches, elle n’a pas changé au fil du temps autant que, par exemple, le maïs ou le blé. Et la Smithsonian Institution possède également des centaines d’échantillons de verge d’or, datant de 1842, dans ses archives historiques, ce qui a permis à Ziska et à ses collègues de comprendre comment une plante a changé au fil du temps.

Ils ont constaté que la teneur en protéines du pollen de la verge d’or a diminué d’un tiers depuis la révolution industrielle – et le changement suit de près la hausse du CO2. Les scientifiques ont essayé de comprendre pourquoi les populations d’abeilles dans le monde étaient en déclin, ce qui menace de nombreuses cultures qui dépendent des abeilles pour la pollinisation. L’article de Ziska suggérait qu’un déclin des protéines avant l’hiver pourrait être un facteur supplémentaire fragilisant les abeilles dans leur lutte contre d’autres facteurs de stress.

La préoccupation de Ziska est que nous n’étudions pas sérieusement et en urgence toutes les façons dont le CO2 affecte les plantes dont nous dépendons, surtout si l’on considère que les modification des pratiques culturales prennent beaucoup de temps. Nous sommes en retard dans notre capacité à muter et à utiliser les techniques agricoles traditionnelles, comme la sélection, pour compenser », a-t-il dit. «À l’heure actuelle, cela peut prendre de 15 à 20 ans avant que nous passions du laboratoire au terrain.»

Ainsi Loladze et d’autres ont trouvé qu’il était difficile de s’attaquer à de nouvelles questions qui transcendent les frontières des domaines scientifiques. Il y a beaucoup de physiologistes des plantes qui font des recherches sur les cultures, mais la plupart se consacrent à l’étude de facteurs tels que le rendement et la résistance aux ravageurs, des qualités qui n’ont rien à voir avec la nutrition. Les départements de mathématiques, comme l’a découvert Loladze, ne donnent pas vraiment la priorité à la recherche alimentaire. Et l’étude des êtres vivants peut être coûteuse et lente: il faut plusieurs années et des sommes énormes pour qu’une expérience FACE génère suffisamment de données pour tirer des conclusions. Malgré ces défis, les chercheurs étudient de plus en plus ces questions, ce qui implique que l’on aura des réponses dans les années à venir. Ziska et Loladze, qui enseigne maintenant les mathématiques au Collège Bryan des sciences de la santé à Lincoln, au Nebraska, collaborent avec un groupe de chercheurs en Chine, au Japon, en Australie et ailleurs aux États-Unis dans une vaste étude sur l’augmentation du CO2 et le profil nutritionnel du riz, l’une des cultures les plus importantes pour l’humanité. Leur étude inclut également des vitamines, un composant nutritionnel important, qui à ce jour n’a presque jamais été étudié. Les chercheurs de l’USDA ont récemment exhumé des variétés de riz, de blé et de soja que l’USDA avait sauvées des années 1950 et 1960. Ils les ont plantées en parcelles aux Etats-Unis, là où les chercheurs précédents avaient cultivé les mêmes cultivars il y a des décennies, dans le but de mieux comprendre comment les niveaux élevés de CO2 les affectent.

Dans un champ de recherche de l’USDA au Maryland, des chercheurs mènent des expériences sur les poivrons afin de mesurer l’évolution de la vitamine C sous CO2 élevé. Ils regardent aussi le café pour voir si la caféine diminue. « Il y a beaucoup de questions », a déclaré Ziska en me faisant visiter son campus de recherche à Beltsville. «Nous ne faisons que mettre notre orteil dans l’eau.» Ziska fait partie d’un petit groupe de chercheurs qui tentent maintenant de mesurer ces changements et de comprendre ce que cela signifie pour les humains. Une autre figure cléf des étude sur ce lien, Samuel Myers, docteur en climatologie à l’Université de Harvard, qui dirige la Planetary Health Alliance, lance un nouvel effort mondial pour relier les points de vue entre la science du climat et la santé humaine. Myers est également préoccupé par le fait que la communauté de la recherche ne se concentre pas davantage sur la compréhension de la dynamique de la nutrition CO2, car il s’agit d’un élément crucial d’une vision beaucoup plus large de la façon dont de tels changements pourraient se propager dans les écosystèmes. « C’est la partie émergée de l’iceberg », a déclaré Myers. «Il nous a été difficile de faire comprendre aux gens à combien de questions ils devraient s’intéresser.» En 2014, Myers et une équipe d’autres scientifiques ont publié une étude importante et riche en données dans la revue Nature sur les principales cultures de plusieurs sites au Japon, en Australie et aux États-Unis, où l’augmentation du CO2 a entraîné une baisse des protéines, du fer et du zinc. C’était la première fois que le sujet avait attiré l’attention des médias : «Les implications du changement climatique sur la santé publique sont difficiles à prévoir, et nous attendons beaucoup de surprises», ont écrit les chercheurs. « La constatation que l’augmentation du CO2 atmosphérique diminue la valeur nutritionnelle des cultures C3 est une telle surprise que nous pouvons maintenant mieux prédire et préparer. »

La même année, en fait, le même jour, Loladze, alors professeur de mathématiques à l’université catholique de Daegu en Corée du Sud a publié son propre article, fruit de plus de 15 années de collecte de données sur le même sujet. C’était la plus grande étude au monde sur l’augmentation du CO2 et son impact sur les nutriments des plantes. Loladze aime à décrire la science des plantes comme « bruyante » encombrées de données compliquées, parmi lesquelles il peut être difficile de détecter le signal que vous recherchez. Son nouvel ensemble de données était finalement assez grand pour voir le signal au delà du bruit, pour détecter le « décalage caché », comme il le disait.

Ce qu’il a trouvé est que sa théorie de 2002 – ou plutôt la forte suspicion qu’il avait exprimée à l’époque – semblait être confirmée. Sur près de 130 variétés de plantes et plus de 15 000 échantillons prélevés lors d’expériences au cours des trois dernières décennies, la concentration globale de minéraux comme le calcium, le magnésium, le potassium, le zinc et le fer a diminué de 8% en moyenne. Le rapport des hydrates de carbone aux minéraux était en hausse. Les plantes, comme les algues, devenaient de la malbouffe. Ce que cela signifie pour les humains – dont l’apport alimentaire principal est constitué de plantes – ne fait que commencer à être étudié. Les chercheurs qui y plongeront devront surmonter des obstacles comme son profil bas et sa lenteur, et un environnement politique où le mot «climat» est suffisant pour faire dérailler une conversation sur le financement. Il faudra également construire de nouveaux ponts dans le monde de la science – un problème que Loladze lui-même reconnaît avec ironie dans ses propres recherches. Lorsque son article a finalement été publié en 2014, Loladze a énuméré ses refus de subvention dans les remerciements.

 

Helena Bottemiller Evich est une journaliste spécialisée dans l’alimentation et l’agriculture pour POLITICO Pro.

 


 

 

 


[1] http://www.politico.com/agenda/story/2017/09/13/food-nutrients-carbon-dioxide-000511

[2] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15637215/?ncbi_mmode=std

[3] http://dailysignal.com/2017/07/24/dont-believe-hysteria-carbon-dioxide/

[4] https://ehp.niehs.nih.gov/EHP41/

[5] http://environment.harvard.edu/sites/default/files/piis2214109x15000935.pdf