Métagénomique et permaculture

La métagénomique est en train de révolutionner notre connaissance de la biodiversité et du fonctionnement des systèmes vivants. De découvertes en observations, les scientifiques font la démonstration que tout fait système et que tous les organismes sont étroitement interdépendants.

Des chercheurs ont mis en évidence que les plantes sauvages, à forte biodiversité, contiennent moins de phytovirus que les plantes cultivées dont le patrimoine génétique est moins diversifié.

En plus de confirmer que les espèces de virus qui infectent les plantes connues sont probablement une infime fraction du total peuplant les environnements terrestres, ces analyses, basées sur la métagénomique informatisée, apportent les preuves les plus convaincantes de l’impact de l’agriculture sur la distribution, la prévalence et la diversité des virus végétaux dans l’environnement.

Une preuve de plus, s’il en fallait, de la pertinence de l’application des principes de la permaculture à l’agriculture, principes qui nous enjoignent d’établir des systèmes les plus diversifiés possibles.