Bernard Laurent : Les bénéfices écosystémiques du BRF

L’épandage d’engrais organiques d’origine animale est interdit dans la zone des 200 mètres du bord de mer dans le Morbihan.

La biomasse végétale pourrait enrichir les terres concernées.

Plus de 2 000 hectares de SAU sont concernés par la directive qui interdit l’épandage de déjections animales sur la bande littorale du Parc naturel régional (PNR) du golfe du Morbihan

Un essai d’apport de bois raméal fragmenté a eu lieu en 2011 sur une partie d’une parcelle d’Ambon à raison de 300 m3 par hectare (l’autre partie en témoin).

L’apport de bois fragmenté a eu pour effet l’augmentation du taux de matière organique (MO) les deux premières années, avant stabilisation sur les trois années suivantes.

L’apport de broyat a augmenté la capacité du sol à stocker les éléments nutritifs grâce au complexe argile-humique.

La porosité du sol a été multipliée par 3,3, la vie microbienne par 1,5 et la biomasse de vers de terre par 3,8 par rapport à la parcelle témoin, en 5 ans.

Source : http://www.paysan-breton.fr/2017/04/comment-enrichir-les-sols-de-la-frange-littorale/